Le projet de loi 21 du gouvernement de l’Ontario propose de nouvelles obligations au travail pour les maisons de retraite

La « Loi réglementant les maisons de retraite » a été adoptée en deuxieme lecture le 22 avril 2010 et est actuellement a l’étude par le Comité permanent de la politique sociale. Le projet de loi vise a protéger les résidents des maisons de retraite en imposant plusieurs obligations qui vise a promouvoir la « tolérance zéro » a l’égard du mauvais traitement et de la négligence des résidents.

S’il est adopté, le projet de loi 21 exigera que les exploitants de maison de retraite effectuent une présélection des futurs employés et bénévoles. La version actuelle du projet de loi exige une vérification policiere des antécédents de tout employé ou bénévole éventuel âgé de 18 ans ou plus. Il se pourrait que les reglements, qui n’ont pas encore été rédigés, exigent des mesures de présélection supplémentaires.

Les exploitants seront aussi tenus de veiller a ce que le personnel ait les compétences et les qualités requises pour exercer leurs fonctions. Le personnel sera exigé d’obtenir la formation dans plusieurs domaines, notamment a tout le moins :

  • la Charte des droits des résidents;
  • la promotion de la tolérance nulle des mauvais traitements et de la négligence des résidents;
  • la prévention des blessures;
  • les plans d’urgence et les programmes de prévention et de contrôle des infections.

Les employés qui fournissent des soins directs aux résidents seront tenus de suivre des séances de formation supplémentaires relativement a des questions comme le dépistage et la prévention des mauvais traitements, les soins aux résidents atteints de problemes de santé mentale et la gestion des comportements.

Le projet de loi peut aussi exiger des exploitants qu’ils prennent les mesures nécessaires pour que leur personnel soit en mesure de dépister et signaler certains types de conduite inappropriés, comme les mauvais traitements, la négligence ou d’autres formes de traitement inapproprié des résidents. On prévoit aussi une protection pour les dénonciateurs qui signalent les incidents de cette nature. En cas de représailles de l’employeur, les employés qui n’ont pas acces a un processus de griefs pourront porter plainte aupres de la Commission des relations de travail de l’Ontario.

Le lundi 10 mai, le Comité permanent de la politique sociale a entrepris l’étude des dispositions du projet de loi. Les intéressés ont jusqu’au vendredi 14 mai 2010 a 17 h pour présenter des observations écrites au Comité permanent. On peut trouver des renseignements sur la façon de présenter des observations au site Web suivant du comité.

Si vous voulez davantage d’information, veuillez communiquer avec Carole Piette au 613-940-2733

 

Related Articles

Temps alloué pour aller voter : obligation de l’employeur le jour du scrutin

Une élection fédérale générale aura lieu le lundi 20 septembre 2021. Les employeurs devraient être au courant du fait qu’en…

La Cour supérieure de justice prolonge le préavis raisonnable en raison de la COVID-19

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, l’incidence potentielle de l’arrêt de l’économie mondiale sur l’octroi de dommages-intérêts dans…

La Cour divisionnaire casse une décision historique sur la discrimination en matière d’emploi fondée sur la citoyenneté

Les lecteurs d’Au Point se rappelleront qu’en 2018, le Tribunal des droits de la personne de l’Ontario (le « Tribunal ») a…