La Cour suprême rejette la doctrine du « motif presque suffisant » (near cause)

Dans une décision orale rendue le 20 janvier 1998, la Cour supreme du Canada a renversé deux jugements de tribunaux inférieurs dans l’affaire Dowling c. Ville de Halifax.

La Ville avait congédié Dowling, qui comptait 25 ans de service, pour malhonneteté et corruption. Le juge de premiere instance avait conclu que la conduite de Dowling justifiait des mesures disciplinaires de la part de la Ville, mais non un congédiement, puisque la corruption n’avait pas été prouvée. Invoquant le principe des « dommages-intérets limités », il avait accordé six mois de préavis a Dowling. La Cour d’appel a maintenu le jugement, déclarant que les principes des dommages-intérets limités et du motif presque suffisant constituaient une bonne interprétation du droit en Nouvelle-Écosse, et que les dommages-intérets accordés n’étaient pas démesurément bas.

La Cour supreme a accueilli l’appel de Dowling, en déclarant qu’elle ne reconnaissait pas le principe du « motif presque suffisant » pour le congédiement, et a renvoyé l’affaire au juge de premiere instance pour qu’il détermine quel serait un préavis raisonnable.

Related Articles

Temps alloué pour aller voter : obligation de l’employeur le jour du scrutin

Une élection fédérale générale aura lieu le lundi 20 septembre 2021. Les employeurs devraient être au courant du fait qu’en…

La Cour supérieure de justice prolonge le préavis raisonnable en raison de la COVID-19

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, l’incidence potentielle de l’arrêt de l’économie mondiale sur l’octroi de dommages-intérêts dans…

La Cour divisionnaire casse une décision historique sur la discrimination en matière d’emploi fondée sur la citoyenneté

Les lecteurs d’Au Point se rappelleront qu’en 2018, le Tribunal des droits de la personne de l’Ontario (le « Tribunal ») a…