L’opinion du cabinet Emond Harnden sur les modifications proposées à la LNE

Dans un mémoire concernant le projet de loi 49, présenté récemment au Comité permanent de l’Assemblée législative sur le développement des ressources, le cabinet Emond Harnden appuie les modifications qui obligeraient les employés qui poursuivent leur employeur de faire le choix entre agir en vertu de la Loi et intenter une action en justice. Le cabinet est également d’accord avec la modification qui obligerait les employés syndiqués a porter plainte en vertu de la LNE uniquement par voie d’arbitrage, mais il suggere que l’on clarifie le rôle et les pouvoirs des arbitres qui entendent des plaintes déposées en vertu de la LNE.

Le cabinet Emond Harnden est d’accord avec la disposition selon laquelle la période permise pour demander la révision d’une ordonnance serait prolongée, passant de 15 a 45 jours. Il demande toutefois qu’on envisage de changer l’exigence selon laquelle les employeurs, pour pouvoir présenter une demande de révision, doivent se conformer a l’ordonnance de paiement.

Le cabinet a manifesté son appui pour les changements proposés visant a clarifier le fait que le congé de maternité ou congé parental doit etre inclus dans le calcul des années de service et d’ancienneté. Il recommande, toutefois, que cette disposition s’applique aux parties a une convention collective au moment de l’entrée en vigueur de la prochaine convention. (Pour une description de la version antérieure du projet de loi, voir « Des modifications imminentes a la Loi sur les normes d’emploi«  sous la rubrique « Publications »; pour un état récent du projet de loi, voir « Les modifications a la LNE reçoivent la sanction royale » sous la rubrique « Publications »).

Related Articles

Temps alloué pour aller voter : obligation de l’employeur le jour du scrutin

Une élection fédérale générale aura lieu le lundi 20 septembre 2021. Les employeurs devraient être au courant du fait qu’en…

La Cour supérieure de justice prolonge le préavis raisonnable en raison de la COVID-19

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, l’incidence potentielle de l’arrêt de l’économie mondiale sur l’octroi de dommages-intérêts dans…

La Cour divisionnaire casse une décision historique sur la discrimination en matière d’emploi fondée sur la citoyenneté

Les lecteurs d’Au Point se rappelleront qu’en 2018, le Tribunal des droits de la personne de l’Ontario (le « Tribunal ») a…